facebook share

Survivance du lieu, projet EAC au Collège Anatole France à Cadillac

Du 19 mai 2022 au 17 juin 2022   |   Partager   facebook twitter
PROGRAMME EAC
Survivance du lieu
Sixième CHAAP collège Anatole France à Cadillac
Intervenant.es : Valentin Saez, artiste intervenant et les équipes de L'Agence Créative Nadia Russell Kissoon et Léa Héraud
Mai-juin 2022

Partenaires : Département Gironde, Iddac


image


Basé sur une promenade aux alentours du Château Puyfromage, le projet Survivance de lieu se veut documentation de l'espace naturel. Conçu pour les élèves de 6ème CHAAP du collège Anatole France de Cadillac, il mêle installation in situ et pratiques plastiques en classe à partir d'éléments glanés sur le domaine du Château et aux villages alentour. Ce projet a été réalisé par l'artiste intervenant Valentin Saez, étudiant à l'université Bordeaux Montaigne en master Artiste intervenant : pratiques artistiques et actions sociales. Ses œuvres interrogent les notions de souvenir, de support de mémoire et de collection, et la façon dont ces supports (photographies et objets de mémoire) créent des mythes, des récits intimes et personnels, s'agençant en un récit totalisant, ou donnant l'impression de l'être.
Le projet Survivance de lieu induit une collection par le glanage d'éléments naturels, les croquis du paysage, de roches et de végétaux, utilisés ensuite dans la réalisation d'un carnet et d'empreintes. Ces croquis et ces empreintes sont comme des traces du lieu, au sens d'une documentation. Les trois séquences du projet sont comme une création d'archives du lieu.
La première séance se déroule dans l'espace naturel, ce qui permet, en plus du glanage et du dessin, d'agir directement sur le lieu, avec le lieu, permettant ainsi d'aborder le land art et la notion d'in situ. Cette séance a donc pris fin par la création d'un monument ou d'un autel au milieu des vignes, à partir des éléments collectés durant la journée. Monument éphémère puisque les éléments ont été récupérés et utilisés lors des deux séances suivantes.

    En plus des compositions sur argile et à partir de photographies prises sur le terrain, les élèves travaillent sur la question du paysage. Le lieu ne se résume pas à ce qui le compose : être dans le lieu, c'est pouvoir en observer différents points du vue. Ainsi, la réalisation de transferts photo et la création d'une composition collective à partir de différentes photographies permettent de donner vie à un lieu hybride, synthétique. Le lieu survit, persiste et résiste par la création d'archives, donnant elles-mêmes lieu à un espace nouveau.