facebook share

Résidence d'artiste MOHAMED THARA quartier du Grand-PArc à Bordeaux

Du 01 janvier 2018 au 31 décembre 2018   |   Partager   facebook twitter
image  image



LETTRES FILMÉES "LA SECONDE ZONE"
Film de Mohamed Thara
Produit par l'Agence Créative dans le cadre d'une résidence d'artiste dans le quartier du Grand-Parc à Bordeaux



Année de production : 2017 - 2018
Durée entre 15 min et 20 min.

Informations sur l'artiste Mohamed Thara

Synopsis
Quatre lettres filmées en voix-off racontées par des femmes résidantes au sein de l'EHPAD du Petit Trianon au Grand Parc à Bordeaux. Le film pose la question de notre bref passage dans le monde. Comme le récit d'une vie, il raconte des histoires de femmes dont la mémoire et le souvenir sont menacés de disparition. Il pose la question de notre relation à l'être aimé, à la famille, à la l'espace urbain, à la disparition et à la mémoire.  En parallèle, le film évoque le grand renouvellement urbain du quartier du Grand Parc qui valorise sa mémoire et le rend plus appropriable par ses habitants.

Lettre d'intention de Mohamed Thara
J'ai l'intention de réaliser un film au sein de l'EHPAD du Petit Trianon situé au Grand Parc au bénéfice des résidents et de leurs familles qui seront associés au projet. Le film associera les résidants et le personnel de l'établissement dans le processus de création du film. Un projet fédérateur avec un dispositif d'éducation à l'image, qui a pour objectif de sensibiliser et d'initier à la lecture et à la pratique cinématographique. Ce projet de film est un outil d'expression et de socialisation, il a pour but de créer, au sein de la cité du Grand Parc, un espace commun de vie et d'échange autour d'un même projet.

Je proposerai aux quatre femmes qui seront associées au film de participer à des vidéos individuelles très courtes avec des codes à respecter. Le film me met au service de leurs histoires, de leurs témoignages par le biais de la lettre filmée en tant qu'outil d'expression audiovisuel. Une forme d'expression filmique libre, sous la forme d'une lettre en voix-off à un proche, une lettre d'amour, une lettre à un disparu, une lettre à sa famille ou simplement, parler de soi-même. L'intégration d'une nouvelle activité au rythme de vie des femmes ou chacune devait pouvoir s'exprimer librement, de façon personnelle armé de sa propre sensibilité. Un film basé sur des faits réels avec un travail minutieux de restitution de chaque récit, de chaque histoire personnelle. Ainsi, chaque participante écrira sa propre histoire qui nous permettra de réaliser le film.

En confrontant tous ces fragments de vie, il se dégagera une réalité à la fois commune, personnelle et autobiographique, que je me réapproprierai.

Au cœur du Grand Parc et de l'EHPAD du Petit Trianon, le film nous propose un regard saisissant sur l'histoire personnelle de quatre femmes. A la recherche de la spontanéité, le but est de réussir à faire parler des gens naturellement devant une caméra, et en faire un film en évitant l'effet catalogue. L'ouverture de l'EHPAD sur l'univers différent de la création contemporaine et l'art vidéo en particulier constitue la clé de ce projet. La démarche artistique du projet rompt avec la routine quotidienne des résidants et du personnel ce qui renforce l'intérêt de leur implication. Il crée en même temps un dialogue entre plusieurs générations. Le film-lettre constitue une forme hybride et hétérogène, il remet en jeu les notions d'écriture et d'improvisation. Il permet aussi aux femmes de s'évader de leur douleur, de la maladie, de l'âge, de l'enfermement et de l'inévitable relation nouée avec le personnel de l'EHPAD.
En parallèle, le film évoque le grand renouvellement urbain du quartier du Grand Parc qui valorise sa mémoire et le rend plus appropriable par ses habitants. Le film recueille la mémoire et la perception des usagers du Grand Parc, il fait émerger toute la poésie du quartier qui participe de la construction de son imaginaire dans l'esprit des habitants et de ceux qui le découvriront.

Avec le soutien du Conseil départemental de la Gironde dans le cadre de l'appel à initiatives "L'un est l'autre", de la ville de Bordeaux et du Conseil Régional Nouvelle Aquitaine.